Où placer son argent en 2018 : pistes de réflexion

Le passage de 2017 à 2018 a été marqué par un engouement sans précédent pour les cryptomonnaies et pour le Bitcoin en particulier...

Où placer son argent en 2018 : pistes de réflexion


Le passage de 2017 à 2018 a été marqué par un engouement sans précédent pour les cryptomonnaies et pour le Bitcoin en particulier. Par ailleurs, la loi de finances 2018 est entrée en vigueur, et avec elle une nouvelle fiscalité applicable aux gains perçus sur les placements financiers. Comment devez-vous adapter vos investissements au nouveau contexte ? Pour vous, nous avons étudié plusieurs types de placements.

Le Bitcoin, un placement miracle ?

Le Bitcoin est sur toutes les lèvres depuis fin 2017. L’envolée fulgurante de son cours, qui, de 10 000 dollars en novembre, a doublé pour atteindre les 20 000 dollars le 17 décembre, en a fait rêver plus d’un. Même des personnalités publiques qu’on est peu habitué à entendre parler de finance, comme Nabilla Benattia, ont fait l’apologie de cet actif d’un nouveau genre. Quand on voit que le cours du Bitcoin a été multiplié par plus de 30 entre son lancement en 2009 et son pic en décembre 2017, on s’interroge forcément. Devant de telles performances, faut-il aussi tenter sa chance, dans l’espoir de multiplier par 30 ses gains ? Nombreux sont ceux qui font ce pari et qui rejoignent la ruée vers le Bitcoin.
Pour autant, ces perspectives de rendement séduisantes s’accompagnent d’un risque des plus dissuasifs : la perte intégrale du capital. Le Bitcoin étant une « monnaie » non-régulée et sans relation avec la croissance économique, il est d’une extrême volatilité (environ 105 points sur les 100 derniers jours contre 8 pour le CAC 40).

L’AMF (Autorité des Marchés Financiers) a publié un communiqué mettant en garde contre les dangers de l’investissement en Bitcoin : « L’achat/vente et l’investissement en Bitcoins s’effectuent à ce jour en dehors de tout marché réglementé. Les investisseurs s’exposent par conséquent à des risques de perte très élevés en cas de correction à la baisse et ne bénéficient d’aucune garantie ni protection du capital investi. »

tweet AMF Nabilla bitcoin
L’AMF répond à Nabilla sur Twitter.

Conclusion : des espoirs de rendement alléchants, mais un support spéculatif extrêmement volatil à considérer avec une très grande prudence : si l’aventure vous tente, n’y investissez que le capital que vous êtes prêt à perdre !

Assurance-vie multisupports, pour mêler perspectives de performance et cadre fiscal avantageux

L’assurance-vie multisupports est une valeur sûre, qui permet de satisfaire tous les types d’investisseurs. En effet, vous pouvez décider de votre allocation d’actifs en fonction de votre aversion au risque : les plus prudents choisiront un profil qui comporte beaucoup de fonds en euros et peu d’unités de compte, quand ceux qui recherchent la performance orienteront leur choix vers un profil majoritairement composé d’unités de compte.

En savoir plus sur la différence fonds en euros / unités de compte


Par ailleurs, la fiscalité de l’assurance-vie reste très avantageuse. Pour tout versement effectué depuis le 27 septembre 2017, les gains sont imposés au PFU (30 %) avant 8 ans, et après 8 ans, vous bénéficiez d’un abattement de 4 600 euros pas an (9 200 pour un couple) et d’un taux d’imposition avantageux de 24,7 %, jusqu’à 150 000 de versements sur votre contrat. Pour en savoir plus : Le point sur la fiscalité de l’assurance-vie en 2018.

Conclusion : une enveloppe très souple, qui s’adapte à tous les profils d’épargnants, à tous les projets d’épargne, et qui offre des perspectives de rendement intéressantes. En ce moment, WeSave propose une offre exceptionnelle aux nouveaux souscripteurs…

Découvrir l’offre exceptionnelle de WeSave !

La pierre-papier, un accès plus facile à l’investissement immobilier

La perspective du premier investissement immobilier peut paraître impressionnante. Il existe cependant des solutions qui permettent d’accéder à l’immobilier sans avoir à acheter directement un bien : la pierre-papier. Concrètement, une société de gestion achète un parc immobilier, avec lequel elle forme un fonds, dans l’objectif de générer un rendement via des loyers. Ce fonds est ce qu’on appelle une SCPI (Société Civile de Placements Immobiliers). Les particuliers peuvent acheter des parts de ces fonds, et reçoivent un rendement proportionnel à leur investissement. En 2017, les SCPI ont affiché un rendement moyen de près de 4,5 %.*

Il existe un autre type de SCPI, les SCPI « fiscales ». Elles offrent des rendements moins importants mais vous permettent de réduire vos impôts, selon des modalités propres à la loi Pinel ou à la loi Malraux.

Conclusion : une option intéressante pour bénéficier des avantages de l’investissement immobilier avec un ticket d’entrée moins élevé.

Super-livrets, booster son pécule de précaution

Contrairement aux livrets réglementés (livret A, LDD…) dont les taux sont fixés par l’État, les “super-livrets” sont fiscalisés et voient leurs taux fixés par la banque qui les distribue. Ainsi, certains peuvent atteindre 2 voire 3 % pendant les deux ou trois premiers mois, en fonction de l’intermédiaire bancaire et des offres promotionnelles, mais ils remontent ensuite à 0,2 ou 0,3 %. En revanche, d’autres proposent un taux fixe à 1 %. Bien que ces performances ne soient pas très élevées, elles ont le mérite de dépasser celles du livret A, qui étaient en 2017, inférieures à l’inflation (0,75 % contre 1,20 %).

Conclusion : les “super-livrets” constituent une alternative intéressante au livret A pour conserver une épargne de précaution.

 

*Source : les Échos (https://patrimoine.lesechos.fr/placement/epargne/0301121632196-placements-bilan-2017-perspectives-2018-2144411.php#)