Date de publication : 3 avril 2024

Vous avez probablement observé que nous optons pour l’investissement d’une portion de votre épargne dans des ETFs composés d’obligations d’États de la zone euro, lesquels sont ajustés selon l’inflation. Il est important de vous fournir une explication claire et instructive sur le fonctionnement de ces obligations et leur importance dans la protection de votre épargne.

Quelques précisions

Obligation

Une obligation représente un emprunt sous forme de titre de dette, émis soit par un État (dénommées obligations souveraines) soit par une entreprise. Lorsqu’un État a besoin de financer des projets ambitieux ou de pallier un déficit budgétaire, il peut émettre des obligations. Par exemple, pour construire de nouvelles infrastructures comme des réseaux de transport ferroviaire ou autoroutier, un État peut décider de se financer auprès d’investisseurs privés. La totalité de ces emprunts forme ce que l’on appelle la dette publique d’un pays (comme les 3000 milliards d’euros de dette pour la France). Lorsqu’un investisseur achète une obligation, il prête de l’argent à l’émetteur qui s’engage à rembourser ce prêt avec un intérêt, représenté par un taux d’intérêt. Cet intérêt, payé sous forme de coupons, récompense l’investisseur pour avoir immobilisé son capital.
Pour la plupart des obligations, le montant de ces coupons reste fixe sur toute la durée de l’emprunt.

Inflation

Le taux d’inflation, un indicateur essentiel en économie, reflète la variation annuelle des prix des biens et services. Des instituts comme l’INSEE en France collectent régulièrement ces données, offrant un aperçu de l’évolution du coût de la vie. Lorsque les prix augmentent, cela signifie une période d’inflation, diminuant le pouvoir d’achat des consommateurs.
C’est-à-dire qu’avec le même montant d’argent, ils peuvent acheter moins de produits qu’auparavant.
Inversement, une baisse des prix, connue sous le nom de déflation, encourage les ménages à temporiser dans leurs achats de produits, ce qui peut conduire à un ralentissement économique.

L’inflation a des répercussions, positives ou négatives, sur l’économie en touchant le pouvoir d’achat, les décisions d’investissement et les politiques gouvernementales. Les autorités ajustent donc les politiques fiscales pour maintenir une croissance économique stable dans le but de protéger le pouvoir d’achat. Comprendre l’inflation est donc crucial pour évaluer la santé économique et pour la planification financière tant des ménages que des politiques publiques.

L’impact de l’inflation

Si, comme beaucoup de Français, vous avez constaté une diminution de votre pouvoir d’achat au fil des cinq dernières années, vous avez directement ressenti l’impact de l’inflation. Le pouvoir d’achat représente la relation entre l’évolution des revenus (salaires, pensions de retraites…) et l’augmentation des prix. Une baisse du pouvoir d’achat signifie que les revenus ne croissent pas aussi rapidement que les prix. Cependant, l’effet de l’inflation ne se limite pas à cela et touche encore davantage votre épargne.

Considérons l’exemple d’une personne qui met de côté de l’argent régulièrement, mais qui le garde sur un compte courant non rémunéré, croyant ainsi éviter les pertes en période de crise. Cette approche est trompeuse. En réalité, le pouvoir d’achat de cette épargne diminue chaque année à cause de l’inflation.
Par exemple, si vous détenez 50 000 euros sur votre compte et que le niveau des prix augmente de 2% annuellement (un objectif courant pour les banques centrales, chargées de “réguler” l’inflation), votre pouvoir d’achat aura chuté d’environ 5 000 euros au bout de cinq ans. Malgré cela, votre relevé de compte affichera toujours 50 000 euros, masquant la réduction effective de votre pouvoir d’achat. C’est là le caractère pernicieux de l’inflation puisqu’elle réduit votre épargne de façon imperceptible, jusqu’à ce que vous ayez besoin de dépenser la somme en question.

Pour remédier à cette situation, il est conseillé de placer son argent sur des produits financiers dont le rendement dépasse celui de l’inflation. Le Livret A en est un exemple, avec un taux d’intérêt ajusté selon l’inflation. Par contre, les comptes d’épargne proposés par les banques ne suivent pas cette logique.

Les obligations indexées

Comme mentionné précédemment, les coupons d’une obligation sont généralement fixes, ce qui veut dire que l’investisseur reçoit un montant identique en intérêts jusqu’à l’expiration de l’obligation, incluant le remboursement du capital investi. Aujourd’hui, la France emprunte à un taux de 2,90% par an sur dix ans, assurant à l’investisseur un rendement annuel de 2,90%. Avec un taux d’inflation actuel à 3,40% en France, l’investisseur réalise une perte puisque le rendement est plus élevé que l’inflation.

La parade pour l’investisseur face à la montée de l’inflation réside dans les obligations indexées sur l’inflation, qui ajustent le montant des coupons versés en fonction de l’évolution de l’inflation. Ainsi, ces obligations s’avèrent être un outil financier efficace pour se prémunir contre l’augmentation de l’inflation.

Les ETF spécialisés dans les obligations indexées sur l’inflation sont des fonds négociés en bourse qui suivent la performance d’un indice composé d’obligations gouvernementales ou d’entreprises, dont les rendements sont liés à l’évolution de l’inflation.

Ces produits financiers présentent plusieurs caractéristiques distinctives :

Protection contre l’inflation : Les obligations indexées sur l’inflation offrent une certaine protection contre la perte de pouvoir d’achat due à l’inflation. Contrairement aux obligations classiques, leurs paiements d’intérêts et leur valeur nominale augmentent en fonction de l’indice de l’inflation.

Sensibilité aux taux d’intérêt réels :  Contrairement aux obligations traditionnelles, ces obligations réagissent aux taux d’intérêt réels plutôt qu’aux taux nominaux. Par conséquent, les ETF correspondants peuvent réagir différemment aux variations des taux d’intérêt.

Performance liée à l’inflation : Étant donné que les ETF sont étroitement corrélés à l’inflation, ils peuvent servir de couverture ou de stratégie d’investissement pour protéger un portefeuille contre les effets néfastes de l’inflation.

Diversification : Les ETF de ce type permettent aux investisseurs de diversifier leur portefeuille en incluant des actifs sensibles à l’inflation, ce qui peut contribuer à réduire les risques associés à une hausse de l’inflation.

Risque d’inflation plus faible : Bien que ces ETF offrent une protection contre l’inflation, ils ne sont pas totalement à l’abri des fluctuations du marché ou des variations de l’inflation. Vous devez donc garder en tête que même si ces instruments peuvent réduire le risque d’inflation, ils ne l’éliminent pas complètement.

En somme, les ETF investis dans des obligations indexées sur l’inflation vous offrent un moyen de diversifier votre portefeuille tout en vous protégeant des impacts négatifs de l’inflation. Cependant, comme pour toute décision d’investissement, il est crucial de bien appréhender les risques et les particularités propres à ces instruments financiers avant de prendre une décision.

Comment l’inflation affecte votre épargne ?

Category: ÉclaireurÉclaireur Avril 2024Pour aller plus loinVie pratique