Date de publication : 5 mai 2021

Dans un contexte d’augmentation des liquidités des ménages, une question se pose : que faire de cet amas d’euros sur mon compte bancaire ?

Comme il est très simple de se trouver toutes sortes de maladies sur internet en décrivant ses symptômes dans la barre de recherche, il est aujourd’hui très simple d’investir en ligne en quelques minutes et de très vite faire le mauvais choix !

Nous allons donc nous mettre dans la tête d’un conseiller en gestion de Patrimoine chez Wesave et vous expliquer son rôle de conseiller en investissement financier (CIF).

En comprenant le rôle du conseiller et sa réflexion, vous pourrez vous constituer une liste de questions à vous poser avant de cliquer sur le bouton « souscrire ». Nous vous avons concocté une liste de ses questions dans la partie bonus à la fin de cet article. 

Cette méthodologie est utilisée dans les cabinets de gestion de patrimoine les plus connus et, sous certains angles, s’apparente clairement au métier de médecin généraliste. En ce sens, un parallèle sera fait tout au long de cet article et le cas client exemple de Monsieur VALE vous sera présenté à la fin de chaque phase pour mieux comprendre le procédé employé.

La phase de découverte / d’audit :

Les antécédents médicaux

Les premiers échanges avec un conseiller ressemblent souvent à un interrogatoire, mais c’est pour votre bien. Le conseiller va essayer, tel un médecin généraliste, de comprendre chaque particularité que votre situation peut avoir et quel outil il pourra utiliser en vous posant de nombreuses questions concernant votre situation patrimoniale (âge, famille, situation professionnelle, projets, etc).

Il est donc important de répondre de manière précise et sincère aux différentes questions pour que le conseil soit le plus pertinent possible. Petit à petit, le conseiller va réussir à se faire une première idée des solutions qui pourraient correspondre à votre situation et vous posera des questions de plus en plus précises, pour définir vos symptômes.

Exemple de Monsieur VALE :
Marié, deux enfants, cadre d’entreprise, l’emprunt pour la résidence principale se termine dans 3 mois, forte capacité d’épargne mensuelle, dispose d’une poche de liquidités correspondant à 20 mois de charges mensuelles.

Recherche des symptômes :

Le conseiller va maintenant définir votre horizon d’investissement et votre profil de risque, il devra également définir avec vous une liste d’objectifs patrimoniaux :

  • Se constituer une épargne de précaution
  • Placer des liquidités à court terme
  • Utiliser sa capacité d’épargne mensuelle
  • Obtenir des revenus complémentaires
  • Se constituer un patrimoine
  • Optimiser la rentabilité de ses placements
  • Optimiser sa fiscalité
  • Réduire son IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière)
  • Financer un achat immobilier
  • Aider ses enfants
  • Préparer et optimiser la transmission de patrimoine
  • Anticiper les études des enfants
  • Protéger le conjoint survivant

Après avoir sélectionné 2 à 5 objectifs, qu’il conviendra de prioriser en fonction de vos attentes et de la durée d’investissement souhaitée, le Médecin y verra enfin plus clair dans l’organisation de vos futurs investissements !

Une fois votre situation et cette liste en tête, le conseiller expert étudie la répartition globale de vos avoirs (financiers / immobiliers) et fait le rapprochement entre ces éléments et ses compétences :

  • sur le plan fiscal (mécanisme de l’impôt, tranche marginale, taux moyen d’imposition, IFI, etc),
  • sur le plan juridique (régimes matrimoniaux, donation, succession par exemple),
  • sur le plan financier : répartition des portefeuilles, typologie d’enveloppe (assurance-vie, capitalisation, PEA, etc) et le respect des durées d’investissement.

Exemple :

Monsieur VALE souhaite préparer le financement des études de ses deux filles et souhaite optimiser la rentabilité de son épargne. Nous lui conseillons de ne conserver que 3 mois de charges mensuelles sur ses livrets pour investir le reste sur les marchés au sein d’enveloppes fiscales avantageuses. Il devrait aussi utiliser sa capacité d’emprunt qui augmentera considérablement à la fin de son emprunt de résidence principale.

  • Utiliser ma capacité d’épargne mensuelle (et d’emprunt)
  • Obtenir des revenus complémentaires d’ici 20 ans au départ à la retraite
  • Optimiser la rentabilité de mes placements et plus particulièrement mes liquidités
  • Aider mes enfants pour préparer le financement des études
  • Optimiser ma fiscalité et ma transmission

Sur le plan fiscal : Tranche marginale d’imposition à 30%, pas d’imposition à l’IFI, marié et 2 enfants à charges,

Sur le plan juridique : Marié sous le régime de la communauté, pas de donation aux enfants.

Sur le plan financier : uniquement des comptes courants et des livrets.

La phase de proposition d’investissements

La prescription du médecin

Après étude de toutes ces informations, le conseiller propose une solution qu’il pense être en adéquation avec la situation du client, cette proposition servant de base d’échange pour comprendre l’impact de cet investissement avec les avantages et les inconvénients de chaque solution.

Le client devra entre autres comprendre quel levier il pourra utiliser pour améliorer sa situation sur le court, moyen et long terme. Un travail très important de vulgarisation sera effectué par le conseiller pour optimiser la compréhension totale de la proposition.  

Les simulations présentées au client devront être objectives, intégrer la totalité des frais (conseil, honoraires, frais d’entrée) et ne devront pas contenir d’absurdité comme par exemple une revalorisation trop importante de l’investissement par rapport au marché.

Warning : La solution ne doit surtout pas répondre qu’à un seul objectif et encore moins à un objectif uniquement fiscal, comme certains conseillers en gestion de patrimoine PINEL peuvent le faire, le cas échéant, passez votre chemin !

Exemple :

Monsieur VALE souhaite préparer le financement des études de ses deux filles, il souhaite optimiser la rentabilité de son épargne, nous lui conseillons de ne conserver que 3 mois de charges mensuelles sur ses livrets pour investir le reste sur les marchés au sein d’enveloppes fiscales avantageuses, il devrait aussi utiliser sa capacité d’emprunt qui augmentera considérablement à la fin de son emprunt de résidence principale.

Admettons que la solution trouvée conjointement soit :

  • Utiliser les liquidités de court terme pour améliorer la rentabilité de l’épargne, tout en optimisant la fiscalité en cas de rachat et en cas de décès : on optera clairement pour un investissement en assurance-vie
  • Préparer les études des enfants : pourquoi ne pas ouvrir des projets spécifiques au nom de monsieur ou bien directement au nom des enfants
  • Utiliser la capacité d’emprunt bientôt disponible : investir dans des SCPI à crédit en France et à l’étranger + investissement en LMNP.

Le traitement : quel médicament choisir dans la pharmacie ?

Une fois la solution définie conjointement, le conseiller devra vous présenter les produits spécifiques et expliquer pourquoi ils correspondent à votre projet. Attention à bien comprendre chaque argument et creuser chaque détail pour ne pas passer à côté d’une structure de frais beaucoup trop importante par exemple.

En effet, les frais ne seront malheureusement pas remboursés par l’assurance maladie, il faudra donc être attentif, comparer à la moyenne sur le marché et, pourquoi pas, mettre en concurrence deux propositions.

Le conseiller peut vous proposer une palette d’investissements spécifique dont il dispose mais peut, et devra, également vous orienter vers d’autres sociétés proposant les solutions qu’il ne commercialise pas mais qui correspondent à votre projet.

Exemple :

Chez Wesave, on pourrait lui conseiller :

  •  Deux contrats d’assurance-vie Wesave, un profil prudent P3 avec 2/3 des liquidités et un profil dynamique P8 avec le tiers restant.
  • Un contrat Wesave family pour chaque fille avec des versements programmés,
  • 100 000 € de SCPI Primovie à crédit,
  • 50 000 € de SCPI Novapierre Allemagne 2 à crédit sur 15 ans,
  • 50 000 € de SCPI Novapierre résidentiel à crédit sur 15 ans,

On mettra également le client en contact avec un partenaire pour investir 300 000 € de LMNP à crédit avec un partenaire spécialisé dans le coliving.

Le suivi du traitement

Comme tout bon médecin, il faudra mettre en place différents rendez-vous pour suivre l’avancement de chaque projet. Il peut aussi y avoir des réunions avec d’autres partenaires pour proposer les produits qui ne sont pas en stock ou simplement mettre en place le projet d’emprunt avec le courtier.

Exemple :

Monsieur Vale va donc mettre en place deux profils prudent P3 sur ses assurances-vie et augmentera le profil de risque sur l’une d’entre elles au moment d’un retournement de marché. Un rendez-vous avec un partenaire spécialisé dans la location meublée et plus particulièrement la colocation et le coliving. Enfin, la signature des bulletins ainsi que la constitution du dossier d’emprunt pour les SCPI se fera dans 2 mois, après la dernière échéance du crédit de sa résidence principale.

En bref :

Comme un médecin généraliste ne vous proposera jamais de traitement sans avoir recherché la cause de vos symptômes, un conseiller ou banquier ne doit pas vous proposer un produit sans s’être préalablement renseigné sur votre situation, votre profil de risque et vos objectifs !

Il peut aussi être intéressant de vérifier si votre médecin dispose des bonnes habilitations en lui demandant s’il dispose du statut de conseiller en investissement financier (CIF) qui lui permet de délivrer du conseil. 

Aussi, il ne faut surtout pas oublier que les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Nous avons fait un rapide tour de la méthodologie d’audit patrimonial des conseillers chez Wesave, bien sûr, si vous le souhaitez, vous pouvez en profiter en nous contactant au 01 80 49 70 00. Un audit patrimonial complet pourra aussi vous être proposé en fonction de votre situation.

Partie bonus :

La liste de questions à se poser avant chaque investissement :

  • Ce placement correspond-il à ma situation patrimoniale, financière et juridique ?
  • Le risque de ce placement correspond-il à mon profil ?
  • Ce placement n’est-il pas trop risqué (volatilité) par rapport à ma durée d’investissement ?
  • Quel est mon horizon d’investissement ? pour ce projet ?
  • Quel est mon objectif d’investissement ? pour ce projet ?
  • Puis-je faire confiance à la plateforme qui me propose cet investissement ? (statut CIF, warning de l’AMF par exemple)
    • Prise de référence
    • Recherche sur internet
  • Est-ce que je comprends correctement les mécanismes de mon investissement ?
  • Quelle est la fiscalité liée à cet investissement ?
  • Comment s’organise la gestion pendant la durée d’investissement : versement, rachat, arbitrage, modification du contrat ?
  • Quelle est la liquidité de cet investissement ?
  • Suis-je bloqué avec une durée de détention spécifique ?
  • QUID des frais ?
  • Quelle est la qualité/solvabilité de l’assureur/banque ?
  • Référencement du contrat/produit sur le marché ?
  • Mon patrimoine est-il bien diversifié à la suite de cet investissement ?
  • Dois-je me faire accompagner par un professionnel pour ce projet ? (si oui, contacter Wesave)

Le CGP : le médecin généraliste de l’épargne

Thibault Goullioud
Thibault Goullioud

Thibault Goullioud est responsable du pôle patrimonial chez WeSave. Après plusieurs expériences en cabinets indépendants et banque privée, il décide de rejoindre WeSave, convaincu que l’avenir de la gestion de patrimoine se trouve dans les nouvelles technologies. Pour lui, transparence, écoute et accompagnement sont les lignes directrices dans la relation conseiller/client. Thibault est diplômé d’Ecole Supérieure de Commerce et titulaire d’un Master avec une spécialisation en M2 « Manager en gestion de Patrimoine Financier ».

Category: ÉclaireurÉclaireur Mai 2021