Date de publication : 3 mai 2022

Avec le retour de l’inflation à l’échelle mondiale, nous voyons fleurir avec le printemps bon nombre d’offres d’investissements diverses et variées qui se targuent d’être décorrélées des marchés financiers.

Nous vous proposons par le biais de cet article de faire un tour d’horizon des différentes possibilités qui peuvent se présenter à vous.

Des solutions plus classiques…

Énormément de solutions existent afin de diversifier son patrimoine. Certains profils d’épargnants, que l’on classera comme investisseurs autonomes, vont s’intéresser à des investissements qu’ils peuvent effectuer de leur propre chef et sans intermédiaire. Nous pouvons ici évoquer le domaine de l’art, le capital investissement (Prendre part au capital d’une entreprise), voire les matières premières. 

Dans une autre approche, certains préféreront déléguer la gestion à une société qui se chargera d’investir dans un domaine précis.

Parmi les fonds d’investissement qui gèrent les fonds d’une clientèle, nous retrouvons les fonds communs de capital investissement, les groupements fonciers viticoles et les groupements fonciers forestiers. 

Tout d’abord, il est toujours important de rappeler que ces fonds, s’ils doivent être investis, doivent composer une partie mineure de votre patrimoine financier. Une fourchette estimée entre 5 et 10% serait alors à envisager.

1/ Les fonds Private Equity

Ces fonds peuvent être investis sous différentes formes. Traditionnellement, des épargnants vont être investis via des Fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) et/ou Fonds d’innovation de proximité (FIP) préconisés par les acteurs de la place pour apporter une touche de défiscalisation à leurs clients au titre de l’impôt sur le revenu et de feu l’impôt sur la fortune.

La réduction d’impôt monte jusqu’à 25% des sommes investies en contrepartie d’un engagement de conservation des parts pendant 5 ans. La liquidité n’est toutefois pas assurée et généralement même de nombreuses années au-delà de cette date, puisque certains fonds assureront une liquidité seulement plusieurs années après cette échéance.

Le choix de la société de gestion est très important puisque l’écart de performance est absolument colossal. Selon Morningstar, l’écart en 2021 allait de – 98,63% à + 935,72%. 

Cet écart est lié à la revente des parts des sociétés dans lesquelles les fonds ont investi. Une véritable chasse à la future licorne du Next40.

Par ailleurs et depuis peu, le non-coté prend aussi la forme de Fonds Commun de placement à risque où la solution d’investissement est désormais plus hybride mêlant du capital investissement et de la dette privée.

Cette typologie, peut-être moins volatile, était d’ordinaire réservée à une clientèle très fortunée (“High Net Worth ») et voit sa démocratisation s’expliquer entre autres par une baisse de son ticket d’entrée (5.000€) et de son apparition dans certains réseaux bancaires.

2/ Les groupements fonciers viticoles et forestiers 

Au chapitre des autres classes très peu liquides et qui furent proposés à des investisseurs triés sur le volet pendant de longues années, nous pouvons trouver l’investissement dans les forêts et dans le vin. Ces placements répondront à la demande d’une clientèle souhaitant apporter une touche atypique dans leur patrimoine global.

A l’instar des FCPI et FIP, le groupement foncier forestier apportera aussi son lot d’avantages fiscaux, mais aussi successoraux.

La réduction fiscale s’élève ici à 18% de l’investissement et un abattement de 75% sera appliqué à cet actif lors de la succession. 

Le groupement foncier viticole va se concentrer sur la partie successorale avec un abattement de 75% jusqu’à une valeur de 101 897€ et un abattement de 50% au-delà.

Cette typologie d’investissement d’ordre rural, voire plaisir pour la partie viticole (les dividendes pouvant être payés en bouteille de vins dans certains groupements fonciers) comporte un risque pouvant porter sur des aléas dont nous avons moins l’habitude comme le réchauffement climatique (impact du gel des vignes qui devient de plus en plus récurrent) et des habitudes de consommation (développement des vins biodynamiques, préférence d’un cépage, d’une mode pour les meubles en bois…)

Aux plus exotique

Face à une recherche toujours plus poussée des épargnants à trouver des placements permettant de faire fructifier leur capital, nous avons pu voir que le panel d’offres avait considérablement augmenté.

L’autorité des marchés financiers rappelle dès que possible que prudence doit être mère de sûreté, en particulier sur l’aspect atypique de certains placements.

Parmi cette liste (non exhaustive), nous retrouvons l’achat de diamants, l’achat de pieds de cannabis, de bois exotiques, voire même de prise de participation dans des cheptels bovins.

Pour cette dernière typologie, l’AMF avait recensé à la mi-2020 plus de 70 sites frauduleux proposant cet investissement. Le litige présumé s’élèverait à plus d’un milliard d’euros sur ces schémas de type Ponzi (i.e rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants)

Comment me prémunir d’un risque d’arnaque financière ?

Face à un discours commercial très bien travaillé, l’envie d’investir dans un placement d’ordre alternatif peut être forte.

Afin de vous protéger un maximum, l’autorité des marchés financiers a mis en place une liste blanche de sociétés agréées par l’AMF. Elle pourra alors intervenir via son service de médiation pour régler un différend à l’amiable.

Il faudra ainsi garder trois bonnes pratiques en tête :

  • Soyez conscient des risques liés aux placements atypiques : ni le rendement, ni le capital ne sont garantis. De plus, la revente du produit peut s’avérer très difficile. Certaines offres peuvent cacher des arnaques, vous exposant à des risques supplémentaires : l’argent versé peut ne pas être réellement investi, la valorisation de l’investissement peut être déconnectée de la réalité du marché, la société peut faire faillite voire disparaître, etc.
  • Méfiez-vous des promesses de rendement élevé garanti trop belles pour être vraies : souvenez-vous qu’il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé. Tout autre discours est mensonger ou peut cacher une arnaque. Redoublez également de vigilance face aux vendeurs qui se montreraient trop insistants ou qui vous pousseraient à signer rapidement.
  • Informez-vous sur la société porteuse de l’offre (identité, siège social, organisation, numéro d’enregistrement dans le cas d’un investissement en biens divers, etc.) et sur le produit (fonctionnement, prix d’achat et de vente, frais…). Si l’offre ne dispose pas du numéro d’enregistrement attribué par l’AMF ou si vous ne comprenez pas le produit qui vous est proposé, n’investissez pas. 

Les investissements alternatifs sont-ils une solution à envisager dans la diversification de patrimoine ?

Paul Dubourguais
Paul Dubourguais

Paul Dubourguais est responsable du pôle patrimonial chez WeSave. Après ses études en Ingénierie Patrimoniale au sein de l'IUP de Caen, il effectue son début de carrière dans différentes structures de gestion privée. Ayant pour souhait que l'investissement haut de gamme soit accessible pour tous et en toute simplicité il rejoint WeSave afin de contribuer à la distribution de ces solutions digitales.

Category: ÉclaireurÉclaireur Mai 2022
0

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *