Date de publication : 1 octobre 2020

La société de gestion H2O AM, ayant déjà pour habitude de faire parler d’elle, se retrouve à nouveau sur le devant de la scène suite à la suspension de cotation de plusieurs de ses fonds.

Qui est H2O AM ?

H2O AM, société de gestion britannique filiale de Natixis, a fait parler d’elle pour ses belles performances (près de 40% pour H2O Allegro en 2019 par exemple) mais également pour ses résultats catastrophiques depuis le début de la crise de la COVID-19 (près de -35% depuis le début 2020 pour le même fonds H2O Allegro par exemple). 

Les fonds H2O AM, distribués par les banques, les compagnies d’assurances et les conseillers en gestion de patrimoine indépendants sont très présents dans les contrats d’assurance-vie. 

Selon Cyrille Chartier-Kastler, du site Good Value For Money dans Les Echos : « On retrouve des fonds H2O dans presque tous les contrats patrimoniaux distribués par les conseillers en gestion de patrimoine » . 

Que s’est-il passé ? 

Le 28 août dernier, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a ordonné à la société de gestion de suspendre les souscriptions et les rachats sur trois de ses fonds (H2O Allegro, H2O MultiStrategies et H2O MultiBonds). H2O AM a ensuite pris les devants et suspendu dans la foulée cinq autres de ses fonds (H2O Adagio, H2O Moderato, H2O MultiEquities, H2O Vivace et H2O Deep Value). Ces suspensions ont été effectuées pour une durée d’environ quatre semaines, soit jusqu’à début octobre. 

Pourquoi ces fonds ont-ils été suspendus ?

La réglementation autorise les fonds à investir dans des actifs «privés» ou «non cotés», il ne faut cependant pas que la valeur de ces derniers dépasse 10% de la valorisation du fonds.

Les fonds H2O concernés étaient donc composés d’actifs cotés et de titres «privés» ou «non côtés» (pour moins de 10%). La chute des marchés financiers liée à la crise sanitaire de la Covid-19 a dévalorisé les actifs cotés. La part des fonds non cotés a donc mécaniquement augmenté jusqu’à dépasser les 10% pour certains fonds. Le non coté entraîne un risque de liquidité, ce qui a conduit l’AMF à la demande de suspension. H2O AM a préféré suspendre la cotation de tous les fonds ou ces actifs non cotés étaient présents (ce qui explique la suspension de cinq fonds supplémentaires).

Comment cela va-t’il se passer si vous détenez des fonds H2O ?

Les quatre semaines de suspension de cotations ont vocation à scinder les fonds en deux parties. Les titres «privés» ou «non cotés» vont être regroupés au sein d’un fonds cantonné. L’objectif de la maison de gestion sera ensuite de céder ces titres le plus rapidement possible mais toujours dans le meilleur intérêt des investisseurs. Un contrat de cession est déjà en cours mais la société de gestion se réserve le droit de recevoir de meilleures offres. Les autres actifs composeront un fonds général portant la même stratégie Global Macro que les fonds initiaux. Ces fonds principaux garderont les mêmes stratégies d’investissements, caractéristiques et code ISIN que les fonds d’origine. 

Chaque investisseur actuel détiendra donc une part du fonds cantonné et une part du fonds Global Macro.

La part de chacun des deux fonds est encore incertaine car les cotations des actifs cotés varient tous les jours. Cependant H2O AM a tenu à être le plus transparent possible avec ses investisseurs et a publié une estimation :

La fin des fonds actifs ? 

L’actualité financière et cet exemple concret nous permettent de nous poser la question de la liquidité des fonds actifs. 

Avec la volatilité des marchés financiers, les gérants de fonds ont tendance, afin de booster la performance et comme la réglementation les y autorise, à investir dans des actifs non cotés. Cependant, en cas d’importantes demandes de retraits, les gérants n’ont pas d’autres choix que de céder les actifs cotés, plus liquides, dans un premier temps afin d’honorer les remboursements. Ce mécanisme vient donc augmenter la part de non coté dans le fonds et engendre, là encore, un risque de suspension de la cotation. 

La prise de risque étant, en finance, généralement liée à la rentabilité, l’investisseur est alors en droit de se demander si les risques (ici de liquidité) pris par les gérants sont compensés par une surperformance des fonds. Cependant une étude menée par SPIVA a montré que 80% des gérants font moins bien que l’indice qu’ils essayent de battre.

Afin d’évaluer un fonds actif, les investisseurs devraient alors se demander si le fonds génère une performance, sur le long terme et nette de frais, supérieur à son indice de référence. Dans la négative, ils ont tout intérêt à se tourner vers la gestion indicielle, comme c’est le cas chez WeSave. 

Vous pouvez dès à présent analyser l’allocation de vos contrats directement depuis notre agrégateur WeSave Conseil. Nous sommes également bien évidemment disponibles chez WeSave pour échanger avec vous au sujet de vos différents contrats afin de vous aider à optimiser l’allocation de vos contrats existants et futurs.

Que retenir de l’affaire des fonds H2O

Olivia
Olivia

Olivia Ugo est conseillère en gestion de patrimoine chez WeSave. Après avoir obtenu son diplôme à l'EDHEC en finance, elle part découvrir le mode de fonctionnement des cabinets indépendants, des banques privées et des banques de réseau. Persuadée que la gestion privée est en pleine mutation, elle décide de rejoindre WeSave pour participer à cette transformation. Pour elle, transparence, confiance et accompagnement sont primordiaux.

Category: ÉclaireurÉclaireur Octobre 2020