Date de publication : 4 juillet 2023

Que vous soyez déjà client ou bien que vous vous intéressiez à l’offre d’épargne en assurance-vie de WeSave, se pose la question de l’évaluation de la qualité des performances absolues et relatives réalisées. Après désormais 7 années complètes d’existence, et avec des marchés financiers souvent très mouvementés (cf. Brexit, élection surprise de D.Trump, conflit commercial sino-américain, la COVID, la guerre en Ukraine, l’hyper-inflation récente et le durcissement historique des politiques monétaires, le choc bancaire de 2023…), nous avons voulu faire ici un point exhaustif et objectif des réalisations de notre gestion, rappelant à l’occasion comment nous procédons pour piloter ces mandats, et de quels accompagnements vous bénéficiez.

Qu’est-ce que l’offre en assurance-vie de WeSave ?

WeSave propose 10 contrats d’assurance-vie, intégralement dématérialisés, et avec un niveau de risque gradué de 1 (le plus défensif) à 10 (le plus agressif). La tenue de compte de ces 10 contrats est effectuée par l’assureur Suravenir : vos capitaux sont donc déposés chez lui, et l’équipe de gestion de WeSave réalise pour sa part l’allocation d’actifs de ces mandats. Chaque contrat WeSave Patrimoine est une combinaison entre l’actif sécurisé qu’est le fonds en Euros (Suravenir Rendement en l’occurrence) et des actifs diversifiés non garantis que sont les unités de comptes (actions, obligations, matières premières… du monde entier).

Quelle pertinence du fonds en Euros employé par WeSave ?

Le fonds en Euros Suravenir Rendement, garanti en capital, présente deux atouts majeurs pour l’équipe de gestion : un rendement sécurisé et l’absence de volatilité. Le pilotage du niveau de risque de nos contrats se fait ainsi, en premier lieu, par le degré d’exposition au fonds en Euros. Comme le montre le tableau ci-joint, tous les indicateurs de performance ou de risque de nos contrats sont cohérents : pour l’épargnant, il y a bien une proportionnalité entre le risque pris et le rendement obtenu. Le choix du fonds en Euros Suravenir Rendement s’est avéré pertinent puisque, sur la durée, ce dernier se compare favorablement vis-à-vis de la moyenne des fonds en Euros du marché ou bien encore par rapport au livret A. Par ailleurs, l’inflation est une ponction systématique sur la performance de l’épargne et donc sur le pouvoir d’achat de l’investisseur : hormis durant la période très récente d’hyper-inflation, Suravenir Rendement a, là encore, contribué à la hauteur des espérances de l’équipe de gestion à la performance des 10 mandats.

Pourquoi utiliser des ETF ?

La spécificité de la gestion sous mandat de WeSave est, pour les unités de comptes, de s’appuyer exclusivement sur des fonds cotés en bourse et ayant pour vocation de répliquer au plus près la performance d’indices boursiers : il s’agit des ETF (Exchange Traded Funds). Il est démontré (cf. étude SPIVA) que la plupart des gérants traditionnels ont énormément de difficultés à battre sur la durée leurs indices boursiers de référence. Ceci peut s’expliquer notamment par : des choix parfois erronés d’investissement, l’impossibilité de s’exposer librement sur un titre en bourse (10% maximum pour les OPCVM), un pourcentage permanent de liquidités « non productives » pour faire face aux éventuels rachats sur le fonds, des frais de fonctionnement élevés… C’est pourquoi il nous a semblé que de simplement parvenir à égaler la performance de l’indice est déjà très satisfaisant, ce que permettent justement de faire les ETF pour un coût dérisoire, les frais ainsi économisés représentant autant de performance additionnelle pour l’épargnant. Plus généralement, nous portons une attention toute particulière à ce que les frais soient le plus bas possible car, au-delà de l’allocation d’actifs, c’est un très important déterminant de performance sur le long terme.

Des frais réduits, donc une gestion au rabais ?

À l’instar des sociétés de gestion traditionnelles dites « actives », l’équipe de gestion de WeSave est expérimentée, dispose d’outils dédiés aux professionnels permettant d’observer et d’analyser le comportement des marchés et le contexte économique et financier, et s’appuie bien évidemment, tout en conservant nos propres vues, sur la recherche d’Amundi, notre actionnaire. Les conclusions de nos analyses fondamentales internes donnent lieu à des publications exhaustives mensuelles, mais font aussi l’objet d’échanges interactifs avec la clientèle lors de nos téléconférences : nos vues sont transparentes et traçables. WeSave est par ailleurs un « robo-advisor », autrement dit l’équipe de gestion bénéficie de développements algorithmiques de pointe, créés sur-mesure par nos ingénieurs et par nos développeurs informatiques, permettant notamment d’optimiser les allocations d’actifs envisagées. Une partie de ces outils est mise à la disposition de la clientèle sur son espace personnel pour lui permettre de suivre quotidiennement, de façon très détaillée, les allocations d’actifs et leurs évolutions. WeSave propose donc une gestion de convictions « augmentée » et transparente.

L’épargnant ne peut-il pas faire par lui-même aussi bien que WeSave ?

WeSave utilisant des ETF, donc de simples réplicants d’indices boursiers, pourquoi ne pas envisager de gérer soi-même son épargne avec ces mêmes instruments financiers ? Une allocation d’actifs diversifiée est un assemblage très complexe entre diverses classes d’actifs, conduisant à adopter des biais sectoriels, à s’exposer ou non à des devises, à devoir se prononcer entre certaines maturités obligataires… Quels indices choisir alors entre tous ceux qui sont disponibles, quels ETF sont les mieux à même de répliquer les indices identifiés, quel pourcentage leur allouer, quand faut-il prendre des bénéfices ou bien au contraire rehausser une exposition… ? Pour imager ce propos : en cuisine, disposer des ingrédients n’est pas suffisant pour réaliser un bon plat ! La gestion assurée par WeSave est une combinaison entre une allocation stratégique de long terme permettant de maintenir un certain niveau de risque, mais aussi des vues fondamentales jugeant des potentiels offerts et des menaces pesant sur les actifs financiers, et enfin des optimisations tactiques de plus court terme en fonction des événements et des comportements boursiers. Nous disposons par ailleurs d’outils très fins de gestion des risques et de suivi de nos expositions sur les devises, sur les secteurs d’activités… nous permettant de prendre des décisions en toute connaissance de cause.

Quel serait l’indicateur de référence pertinent pour évaluer les performances de WeSave ?

L’objectif de notre gestion est de réaliser, sur la durée, une performance absolue positive une fois les frais déduits, avec un degré de risque restant maîtrisé. Pour ce faire, toutes nos allocations d’actifs sont systématiquement diversifiées, et tous nos mandats ont donc des actions, des obligations, des matières premières… du monde entier, en fonction des opportunités préalablement identifiées. C’est pourquoi, même pour notre profil 10 (Agressif 2), qui n’a pourtant que des unités de comptes, il serait erroné de vouloir le comparer à un indice 100% en actions. À titre d’illustration, comparons toutefois le P10 de WeSave au MSCI All World pour vérifier si notre gestion diversifiée est pertinente et si elle offre un plus par rapport à l’exposition au MSCI All World que l’épargnant pourrait réaliser par lui-même. Éliminons tout de suite l’éventuelle contribution additionnelle à la performance des obligations durant la période puisqu’en 7 ans, l’indice mondial des obligations n’a progressé que de +0,56%, soit +0,08% par année. Puisque notre P10 n’est exposé qu’à 78% aux actions, c’est ce pourcentage que nous avons appliqué au MSCI All World pour procéder à nos comparaisons historiques. Depuis l’origine, la performance de WeSave est alors très voisine de celle du MSCI All World (74,66% vs 77,63%), avec en revanche une moindre prise de risque comme le soulignent la volatilité (11,77% vs 12,90%) ou les pertes maximales subies (-22,85% vs -26,32%). Rappelons ici que les performances de WeSave présentées ci-joint sont retraitées des frais annuels de gestion et des frais de mandat d’arbitrage, alors que l’indice n’en subit aucun. De plus, acheter un ETF MSCI All World a un coût annuel de réplication de 0,30%-0,35%. En première approche, déduisons alors 0,6% de frais de gestion annuels de WeSave (en prenant l’hypothèse que l’épargnant conserve toutefois son contrat) et 0,30% de frais de l’ETF, soit 0,90% par an durant 7 années, on obtient donc -6,3% de performance à déduire de la performance du MSCI All World. WeSave a alors une performance supérieure (74,66% vs 71,33%) à celle de l’épargnant achetant par lui-même cet ETF, et cela avec un risque inférieur ! Le choix de WeSave de ne pas se contenter du MSCI All World pour son exposition aux actions et, plus généralement, de diversifier ses allocations sur d’autres classes d’actifs que les actions est donc favorable à l’épargnant. Si un indice de référence devait être retenu, il faudrait que ce soit alors une combinaison d’indices d’actions, d’obligations, de matières premières… et en respectant les pourcentages d’exposition respectifs de chacun des 10 mandats.

Que vaut finalement la gestion de WeSave face à ses concurrents ?

Nous aurions voulu vous proposer ici une comparaison vis-à-vis de nos confrères les plus proches, eux aussi « robo-advisors », et effectuant comme nous de l’allocation diversifiée internationale via des ETF. Ne disposant hélas pas des données quotidiennes de leurs mandats, il nous est impossible de réaliser cet exercice. Nous encourageons toutefois fortement nos clients et tout prospect de procéder aux éventuelles comparaisons possibles entre établissements, en étant très vigilants quant aux niveaux d’exposition respectifs de chacune des gestions aux actifs risqués (telles que les actions notamment) car une même appellation « P10 » de deux établissements n’équivaut pas nécessairement à la même prise de risque… ce qui reviendrait à comparer des choux-fleurs avec des choux de Bruxelles ! Comparer les performances est insuffisant, et il est bon de disposer en même temps d’un second indicateur reflétant le niveau de risque pris par le gérant : la volatilité en est une bonne approximation. Voici par exemple un article publié en 2021 par MoneyVox, adoptant selon nous l’approche adéquate : Assurance vie : les meilleurs contrats à frais réduits sur 3 ans, et nous regrettons qu’une mise à jour récente ne soit pas disponible ! Les données des gestions traditionnelles étant en revanche accessibles, nous avons sélectionné 35 fonds pilotés par des banques ou des assureurs, ou encore parmi des sociétés de gestion et des « boutiques » les plus réputées de France, selon ce double critère du rendement (via la performance) et du risque (via la volatilité) depuis le lancement de notre offre (19 février 2016) jusqu’au 31 mars 2023 (date des derniers arrêtés officiels de nos performances par Suravenir). Pour lire le graphique il suffit alors de regarder en verticale, pour un niveau de risque donné (donc pour un niveau de volatilité), quelle est la performance réalisée par l’établissement. Nous avons volontairement anonymisé les fonds concurrents dans ce document pour ne froisser personne. Il est toutefois très clair que sur cette période de 7 ans, WeSave se détache fortement de la plupart de ses concurrents traditionnels. La valeur ajoutée de la gestion de WeSave est particulièrement visible pour nos 5 mandats les plus offensifs car, pour les profils P1 à P5 inclus, nous avons contractuellement l’obligation d’être majoritairement investis sur des unités de comptes réputées « prudentes » (contrainte dite du « SRI »), autrement dit sur des obligations, qu’il est alors difficile de se différencier des concurrents, et que 2022 a effacé l’intégralité des gains des 6 autres années pour cette classe d’actifs !

Conclusion : 

Il convient de faire un indispensable rappel après ce travail d’analyse : « les performances passées ne préjugent pas des performances futures » ! Nous sommes toutefois convaincus que notre méthodologie d’analyse des marchés et du contexte, tout comme l’emploi d’ETF, mais aussi le fait de disposer de nos algorithmes d’optimisation des allocations d’actifs, contribuent tous à ces résultats encourageants. L’équipe de gestion et les conseillers de WeSave restent à votre disposition pour vous accompagner sur la durée dans vos divers projets d’épargne.

WeSave … Promesses tenues ?

Vincent Lequertier
Vincent Lequertier

Vincent Lequertier a 25 ans d’expérience en gestion d’actifs. Après une carrière à la banque d’Orsay, il est successivement directeur adjoint actions puis directeur actions. Spécialiste de la gestion allocataire, il devient en Août 2015, le responsable de la gestion allocataire chez WeSave.fr.

Category: ÉclaireurÉclaireur Juillet 2023L'éclairage du gérant
0

Join the discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *