Date de publication : 1 janvier 2017

img-article-017

Macroéconomie

  • L’indice des prix S&P – Case Shiller, qui traduit l’évolution des prix de l’immobilier résidentiel aux Etats-Unis, est sur ses plus hauts depuis juin 2006.
  • Les américains propriétaires de leur logement bénéficient d’un effet de richesse, notamment grâce à l’immobilier, ce qui devrait conforter leur confiance et plutôt favoriser la consommation des ménages.
  • Les primo accédant cumulent les handicaps aujourd’hui : des prix de l’immobilier au plus haut, des taux d’intérêts qui remontent, et des dettes importantes du fait du coût très élevé des études supérieures.
  • La remontée des taux d’intérêts depuis juillet 2016 devrait accélérer les décisions d’achat d’immobilier, stimulant temporairement l’immobilier et ses secteurs connexes, ce qui est positif pour la croissance américaine début 2017 mais pourrait être négatif pour la fin d’année.
Conséquence pour les portefeuilles
Etant donné les contributions de l’immobilier et de la consommation des ménages dans le PIB américain, le début d’année 2017 devrait rester favorable aux Etats-Unis. Le marché de l’immobilier américain pourrait toutefois toucher un top en 2017 (cf. hausse des taux d’intérêts), ce qui justifie d’être progressivement plus prudent à l’égard de ce secteur, malgré de bonnes statistiques persistantes.

Indice S&P – Case Shiller des prix de l’immobilier résidentiel US
Sources : Bloomberg, WeSave


Marchés financiers

  • Depuis le début de l’année, l’Euro rétrograde face aux devises des pays producteurs de pétrole, comme par exemple le Dollar canadien, le Rouble russe ou encore le Réal brésilien.
  • La remontée des cours du pétrole depuis février 2016 profite fortement aux devises des pays qui en sont producteurs, ce qui est favorable au pouvoir d’achat de ces pays.
  • Hormis les productions pétrolières du Royaume-Uni et de la Norvège, l’Europe est dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement pétrolier, le recul de l’Euro et la hausse simultanée des prix du pétrole sont donc de mauvaises nouvelles pour les ménages et pour les entreprises européennes les plus dépendantes du pétrole.
Conséquence pour les portefeuilles
L’accord trouvé à Vienne entre pays de l’OPEP et certains pays non-OPEP a soutenu les prix du pétrole et les devises des pays producteurs de pétrole. La qualité du respect de ces quotas sera déterminante pour la poursuite de l’appréciation du pétrole, et donc aussi pour la fermeté ou non des devises des pays producteurs de pétrole en 2017.

Euro face aux devises de certains pays producteurs de pétrole (Base 100 au 31/12/15)
Sources : Bloomberg, WeSave
Prix du Brent en 2016, exprimé en Euro
Sources : Bloomberg, WeSave

Macro-économie et Marchés financiers, décembre 2016

Vincent Lequertier
Vincent Lequertier

Vincent Lequertier a 25 ans d’expérience en gestion d’actifs. Après une carrière à la banque d’Orsay, il est successivement directeur adjoint actions puis directeur actions. Spécialiste de la gestion allocataire, il devient en Août 2015, le responsable de la gestion allocataire chez WeSave.fr.

Category: ÉclaireurÉclaireur Janvier 2017Économie et marchés