Date de publication : 7 septembre 2017

sirw

Actions

Performance des valeurs européennes en Euro et en Dollar (Base 100 = 30/12/16)

Sources : Bloomberg, WeSave

Durant le mois d’août, les marchés d’actions ont corrigé. Les résultats trimestriels publiés par les entreprises ont été bien supérieurs aux attentes, tant pour les chiffres d’affaires que pour les bénéfices. Les investisseurs ont toutefois été déçus par les discours prudents des dirigeants, notamment en Europe car l’appréciation de l’Euro pénalise la compétitivité de la zone. Les statistiques économiques internationales restent bien orientées, et la faiblesse persistante de l’inflation mondiale laisse espérer des politiques monétaires plutôt accommodantes. Le recul des actions semble donc essentiellement dû aux incertitudes politiques : Corée du Nord, versatilité de la communication de D.Trump et de son entourage,… Nous maintenons notre surpondération sur les actions.


Obligations souveraines

Rendement en % des obligations souveraines à 10 ans

Sources : Bloomberg, WeSave

Durant l’été, le retour de l’aversion au risque a profité aux obligations souveraines. En effet, en dépit de statistiques économiques favorables et de bonnes publications trimestrielles par les entreprises, les investisseurs ont été échaudés par les aléas politiques. Les tensions militaires entre les États-Unis et la Corée du Nord, mais aussi la communication très chaotique de D.Trump et les nombreuses démissions que cela a entrainé dans son entourage, ont restauré une prime de risque « politique ». Par ailleurs, l’affaiblissement récent de l’inflation de part et d’autre de l’atlantique atténue le risque d’un durcissement prématuré de la politique monétaire. La faiblesse des rendements des obligations d’État nous incite demeurer sous-pondérés sur cette classe d’actifs.


Obligations d’entreprises

Différentiel de rendement entre les obligations risquées (High Yield) américaines et européennes

Sources : Bloomberg, WeSave

Le contexte économique et financier est actuellement favorable aux entreprises. Le raffermissement graduel de la croissance mondiale facilite la résilience des chiffres d’affaires. Par ailleurs, la faiblesse des taux d’intérêt, notamment du fait de politiques monétaires plutôt accommodantes, permet de réaliser de substantielles économies de frais financiers, d’où des Bilans sains. Le fort repli du Dollar pourrait toutefois affecter la compétitivité de certaines entreprises européennes, une plus grande vigilance s’impose donc quant à leur solvabilité future. Le différentiel de rendement entre les obligations à hauts rendements américaines et européennes s’écartant, ce segment des obligations d’entreprises justifie d’une surveillance accrue.


Devises

Performance du Dollar contre le panier des 6 grandes devises mondiales (DXY)

Sources : Bloomberg, WeSave

Fin août, l’Euro a dépassé le seuil symbolique des 1.20 contre Dollar. Plus encore que de saluer les bonnes dynamiques macroéconomiques européennes, les investisseurs sont surtout dubitatifs quant à la capacité de D.Trump d’imposer au Congrès son programme économique après ses multiples dérapages de communication. La réunion des banquiers centraux à Jackson Hole n’a pour sa part procuré aucune clarification significative quant aux politiques monétaires respectives à venir de la FED et de la BCE, l’inflation restant modérée de part et d’autre de l’atlantique. Toutefois, l’appréciation de l’Euro affecte la compétitivité européenne et réactive les pressions déflationnistes dans la zone, compliquant donc les décisions à venir de M.Draghi.


Matières premières

Performance en 2017 des principaux métaux industriels (Base 100 = 30/12/16)

Sources : Bloomberg, WeSave

Durant l’été, la plupart des métaux industriels ont vu leurs prix progresser. Ceci s’explique notamment par les contractions d’investissements, mais aussi par les fermetures de sites d’extraction et de transformation qui réduisent l’offre. De plus, la demande est soutenue par la bonne tenue de la croissance mondiale et par la faiblesse du Dollar incitant les industriels à accélérer leurs achats. Le pétrole oscille autour de 50$ au gré des statistiques de production et de stocks américains, des rumeurs de prolongement des quotas de l’OPEP, et des aléas climatiques (cf. Harvey). L’or a dépassé les 1300$, jouant son rôle d’actif refuge face au recul du Dollar et aux tensions géopolitiques (cf. Corée du Nord). Nous maintenons notre neutre sur les matières premières.


Émergents

Performance de l’indice MSCI émergents en 2017 en Dollar et en Euros (Base 100 = 30/12/16)

Sources : Bloomberg, WeSave

La performance des marchés émergents est très forte depuis le début d’année, le repli du Dollar étant un facteur explicatif important de cette progression. En effet, la baisse du Dollar incite les industriels à reconstituer leurs stocks de matières premières, la facture finale ayant diminué grâce au mouvement du billet vert. Par ailleurs, l’endettement des entreprises des pays émergents étant souvent libellé en Dollar, la charge de leur dette est allégée d’autant. Mais l’ampleur de la baisse du Dollar est désormais très forte, et les divergences de politiques monétaires transatlantique, mais aussi les incertitudes géopolitiques (cf. Corée du Nord), compliquent les prévisions à court terme sur les devises. Une sous-pondération tactique des émergents semble préférable.

Vues des actifs, août 2017

Vincent Lequertier
Vincent Lequertier

Vincent Lequertier a 25 ans d’expérience en gestion d’actifs. Après une carrière à la banque d’Orsay, il est successivement directeur adjoint actions puis directeur actions. Spécialiste de la gestion allocataire, il devient en Août 2015, le responsable de la gestion allocataire chez WeSave.fr.

Category: Éclaireur Septembre 2017Économie et marchés