Date de publication : 6 décembre 2017

Vue des actifs

Actions

Performances comparées du Stoxx600 européen et du MSCI World en $ et en € (base 100 = 30/12/16)

En novembre, les marchés d’actions ont poursuivi leurs tendances haussières au Japon et aux États-Unis mais ils ont un peu consolidé en Europe, l’appréciation de l’Euro pénalisant la compétitivité des entreprises de la zone. L’OCDE et le FMI ont encore révisé en légère hausse les perspectives de croissance mondiale pour 2017 et pour 2018, et ils ont confirmé la bonne synchronisation
mondiale de cette croissance, ce qui est plutôt de nature à conforter les expositions aux marchés d’actions en début d’année prochaine. À court terme, les investisseurs restent principalement suspendus aux avancées très versatiles des négociations entre l’Administration américaine et le Congrès sur les allègements fiscaux à venir, un accord paraissant possible en décembre. Nous maintenons notre surpondération sur les actions.


Obligations souveraines

Rendement des obligations américaines à 10 ans indexées sur l’inflation (en %)

Il est désormais acquis que durant l’année 2018, la FED et la BCE auront des politiques monétaires divergentes. La FED devrait remonter une dernière fois ses taux en décembre pour atteindre une fourchette 1.25% – 1.50%, et elle procédera à 2 ou 3 hausses additionnelles en 2018, tout en réduisant son Bilan. Pour sa part, la BCE achètera encore 30 Mds € d’obligations tous les mois jusqu’en septembre 2018, pour ensuite stabiliser son Bilan. Les banques centrales étant vouées à être moins interventionnistes sur les marchés obligataires et quelques signes d’accélération de l’inflation apparaissant, les rendements des obligations souveraines pourraient se tendre en 2018. La faiblesse persistante des rendements des obligations d’État nous incite à demeurer sous-pondérés sur cette classe d’actifs. En revanche nous sommes favorables aux obligations indexées sur l’inflation.


Obligations d’entreprises

Différence de rendements entre les obligations d’entreprises et les actions (S&P500) aux USA

Le contexte reste favorable pour les porteurs d’obligations d’entreprises. En effet, le raffermissement de la croissance et sa bonne synchronisation mondiale aide les entreprises
à dégager des bénéfices, et donc de la trésorerie afin de rembourser leurs créanciers. Par ailleurs, les politiques monétaires des dernières années ont écrasé les taux d’intérêt, d’où de substantielles économies de frais financiers et des Bilans d’entreprises plus sains. Désormais, aux États-Unis, le rendement des obligations d’entreprises est supérieur au rendement moyen des dividendes, ce qui est une incitation de plus à détenir ce type d’obligations. Si les fondamentaux justifient de surpondérer encore les obligations d’entreprises, les obligations à haut rendement (« High Yield ») nous semblent en revanche offrir de trop faibles rendements par rapport aux risques de défauts potentiels.


Devises

Historique réel (noir) et prévisions du consensus (vert) pour l’Euro-Dollar

La parité Euro-Dollar semble être à nouveau sous l’influence des différences de politiques monétaires transatlantique. Il est désormais acquis que la FED durcira sa politique monétaire alors que la BCE restera durablement accommodante, d’où l’appréciation du Dollar. Ces facteurs monétaires ont été accentués par des arguments politiques. Une coalition incertaine en Allemagne, les velléités indépendantistes en Catalogne et des élections à venir au printemps 2018 en Italie ont pénalisé l’Euro en relatif. Pendant ce temps, D. Trump semble être plus constructif avec le Congrès américain, tant sur le Budget que sur la dette, et une baisse de l’impôt sur les sociétés est même possible. En dépit d’un reflux de -1.42% en octobre, l’Euro affiche toutefois encore un gain de +10.74% contre Dollar en 2017. Parce que ces facteurs pourraient durer, une poursuite du rebond du Dollar est vraisemblable.


Matières premières

Nombre de forages pétroliers aux USA et prix du pétrole

L’OPEP et la Russie sont finalement parvenus à un accord de reconduction jusqu’en décembre 2018 des quotas de production pétrolière actuellement en vigueur. Cette décision a soutenu les cours du pétrole, d’autant que les perspectives de croissance mondiale restant favorablement orientées, la demande pour les produits pétroliers devrait rester forte début 2018. Quelques statistiques économiques laissant présager d’un possible tassement de la croissance chinoise ont pesé sur les prix des métaux industriels, recul des prix pouvant aussi s’expliquer par leur forte progression depuis le début d’année. L’or a peu évolué durant le mois de novembre, mais une possible résurgence d’inflation en 2018 justifie de rester exposé à cet actif. Nous restons acheteurs sur les matières premières et notamment sur l’or.


Émergents

Performance du MSCI émergents et de son sous-secteur technologique (Base 100 = 30/12/16)

La forte performance des actifs émergents en 2017 explique que les investisseurs soient tentés de prendre des bénéfices en fin d’année, d’autant que leur liquidité est parfois aléatoire. De plus, les investisseurs craignent que la Chine n’ait soutenu artificiellement sa croissance en début d’année afin d’afficher un bilan favorable avant le 19e Congrès du Parti Communiste. En effet, depuis que ce Congrès s’est tenu, plusieurs statistiques laissent présager d’un essoufflement de la croissance chinoise, incitant à plus de prudence sur les actifs émergents. Enfin, alors que les pays émergents ont bénéficié depuis plusieurs années d’un recul de leur inflation, justifiant que leurs banques centrales soient accommodantes, l’inflation devrait remonter en 2018, ce qui signifie que les conditions financières devraient se durcir un peu. Une sous-pondération tactique des émergents semble préférable.

Vues des actifs, novembre 2017

Vincent Lequertier
Vincent Lequertier

Vincent Lequertier a 25 ans d’expérience en gestion d’actifs. Après une carrière à la banque d’Orsay, il est successivement directeur adjoint actions puis directeur actions. Spécialiste de la gestion allocataire, il devient en Août 2015, le responsable de la gestion allocataire chez WeSave.fr.

Category: ÉclaireurÉclaireur Décembre 2017Économie et marchés