Depuis près de 2 ans, la thèse dominante guidant les allocations des investisseurs et des stratèges financiers sur les marchés européens était qu’il y avait un « alignement des planètes » justifiant d’être investi tant sur les obligations que sur les actions…